• Café du matin ... pas chagrin

    Le café en bas de mon immeuble est fermé au mois d’août. Je fais donc cinquante mètres de plus pour prendre mon café dans un autre établissement. Le décor est nul à chier, les lumières sont terribles le matin. On se paye de ces têtes, effroyable ! Je n’y passe que trois minutes le temps de boire un café en jetant un œil rapide sur les gros titres du journal posé sur le bar à l’intention des clients.

    La porte de la cuisine est ouverte comme tous les matins, mais on ne voit qu’une partie du carrelage et de la hotte en inox. Et puis ce matin une surprise. Dans le l’encadrement de la porte, un cuistot choupinou. Grand, blond, cheveux très courts, yeux clairs, probablement moins de trente ans. Parfaitement sanglé dans sa tenue blanche, il parle d’une voix profonde avec la patronne. Dessert ananas ou tarte aux poires ? Ca sera tarte poire-chocolat.

    Et je continue à tourner la petite cuillère dans ma tasse en matant vers la cuisine. Maintenant mon café est tiédasse. Mais je m’en fous. Le Chef est reparti en cuisine. Alors que la pluie nous bouffe la lumière du matin, un petit rayon de soleil était aux fourneaux. Finalement, mes aléas de pneu crevé me semblent sans importance.

    mis en ligne 00:40


  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Août 2007 à 14:31
    J'ai le sentiment que tu auras tout de suite plus d'appétence en allant dans ce café dorénavant ;)
    2
    Jeudi 23 Août 2007 à 18:25
    buzenval
    Je sens une infidilité chez toi envers le café en bas de chez toi.....
    3
    Vendredi 24 Août 2007 à 19:09
    Tu disais...un choupinou...sanglé dans sa tenue blanche..?? hum !!
    Dire que de mon coté c'est le père Albert qui fait le kawa...entouré de chats..pas de bol je vous dis...!!! pffffff
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :