• mec


    2 commentaires
  • Musée national Gustave Moreau

    Avant de devenir ce sanctuaire célébré par Marcel Proust et André Breton, le musée national Gustave Moreau fut d’abord, dès 1852, la maison familiale de l’artiste. Après la mort de son père, de sa mère et de son amie Alexandrine Dureux, Gustave Moreau demande, en 1895, à l’architecte Albert Lafon de transformer la maison familiale en musée. Les appartements du premier étage sont aménagés comme un petit musée sentimental où sont accrochés portraits de famille et œuvres offertes par ses amis Théodore Chassériau, Eugène Fromentin ou Edgar Degas. Les deuxième et troisième étages deviennent de grands ateliers reliés entre eux par un escalier à vis. Contrairement au minuscule atelier originel, les proportions se rapprochent alors d’une vaste nef où sont exposées plusieurs centaines de peintures et aquarelles ainsi que des milliers de dessins que l’on feuillette comme des livres. Le musée national Gustave Moreau ouvre ses portes en 1903.

    (in http://musee-moreau.fr/maison-dartiste-maison-musee)


     

    Musée des Arts Décoratifs 

    Fashion Forward, 3 siècles de mode

    (1715-2016) - Le musée des Arts décoratifs célèbre les trente ans de sa collection de mode du 7 avril au 14 août 2016. C’est l’occasion de répondre à une attente très forte émanant du public : avoir enfin la possibilité d’embrasser l’histoire de la mode sur plusieurs siècles. C’est aussi l’opportunité d’en dessiner les forces et d’en rappeler ses particularités : une collection nationale de mode et de textile conservée au sein du musée en dialogue avec les autres départements du musée des Arts Décoratifs, musée de tous les objets. L’exposition réunit 300 pièces de mode féminine, masculine et enfantine du XVIIIe siècle à nos jours, issus de son fonds, assemblées, regroupées pour dessiner une frise chronologique inédite.

    (in http://www.lesartsdecoratifs.fr/francais/musees/musee-des-arts-decoratifs/actualites/expositions-en-cours/mode-et-textile/fashion-forward-3-siecles-de-mode-1715-2016/)


    2 commentaires

  • votre commentaire
  • Le 20 juin 2016 à 13h04, c'était la pleine lune. Et alors ? Vous savez ce que l'on dit : « les jours de pleine lune tous les fous sont de sortie ! ». La pleine lune excite tout un chacun. On est plus agressif ; on dort très mal, voire pas du tout ; la libido est torride ; bref, vous avez compris.

    Je n'irais pas jusqu'à dire que la société est surexcitée à cause de la lune, mais en regardant autour de nous, chacun peut constater une effervescence sur beaucoup de sujets.

    Et ces mêmes sujets n'ont ni la même importance, ni la même urgence à être traités simultanément. Mais de cela, tout le monde s'en tape. On réagit à l'instinct, par ras-le-bol. Du coup on dit des conneries et nos raisonnements (si on peut les nommer ainsi) partent en vrille, dans une autre dimension, sans plus de rapport avec le sujet initial. Chacun jette ses angoisses et ses énervements à la tête de l'autre. C'est si bon de se défouler. Et tant pis pour la mauvaise foi. On rectifiera plus tard si nécessaire.

    Maintenant, prenez donc des nouvelles du monde et regardez le triste spectacle que nous offre cette humanité. Avec 7,4 milliard d'individus, vous pensez bien que rien ne va de soi. Je trouve qu'on ne s'en sort pas si mal compte tenu du nombre. Vu de haut, nous ressemblons à des insectes fous et nous ne nous en rendons même pas compte. C'est affligeant.

    Bonne journée parmi les hommes... et maintenant, chantez !


    votre commentaire
  • mec

     

    (https://archive.org/download/Queen_953/DontStopMeNow.mp3)

    Voir les paroles ou les masquer

    Don't Stop Me Now - Queen
    Auteurs: Mercury - Compositeurs: Mercury - Editeurs: Emi Music Publishing France,Queen Music Ltd.

    Tonight I'm gonna have myself a real good time
    I feel alive and the world I'll turn it inside out - yeah
    And floating around in ecstasy
    So don't stop me now don't stop me
    'Cause I'm having a good time having a good time

    I'm a shooting star leaping through the sky
    Like a tiger defying the laws of gravity
    I'm a racing car passing by like Lady Godiva
    I'm gonna go go go
    There's no stopping me

    I'm burnin' through the sky yeah
    Two hundred degrees
    That's why they call me Mister Fahrenheit
    I'm trav'ling at the speed of light
    I wanna make a supersonic man out of you

    Don't stop me now I'm having such a good time
    I'm having a ball
    Don't stop me now
    If you wanna have a good time just give me a call
    Don't stop me now ('Cause I'm having a good time)
    Don't stop me now (Yes I'm havin' a good time)
    I don't want to stop at all

    Yeah, I'm a rocket ship on my way to Mars
    On a collision course
    I am a satellite I'm out of control
    I am a sex machine ready to reload
    Like an atom bomb about to
    Oh oh oh oh oh explode

    I'm burnin' through the sky yeah
    Two hundred degrees
    That's why they call me Mister Fahrenheit
    I'm trav'ling at the speed of light
    I wanna make a supersonic woman of you

    Don't stop me don't stop me
    Don't stop me hey hey hey
    Don't stop me don't stop me
    Ooh ooh ooh, I like it
    Don't stop me don't stop me
    Have a good time good time
    Don't stop me don't stop me ah
    Oh yeah
    Alright

    Oh, I'm burnin' through the sky yeah
    Two hundred degrees
    That's why they call me Mister Fahrenheit
    I'm trav'ling at the speed of light
    I wanna make a supersonic man out of you

    Don't stop me now I'm having such a good time
    I'm having a ball
    Don't stop me now
    If you wanna have a good time (wooh)
    Just give me a call (alright)
    Don't stop me now ('cause I'm having a good time - yeah yeah)
    Don't stop me now (yes I'm havin' a good time)
    I don't want to stop at all
    La da da da daah
    Da da da haa
    Ha da da ha ha haaa
    Ha da daa ha da da aaa
    Ooh ooh ooh
     


    votre commentaire
  • Ça fait un peu Tom et Jerry ou Échec et Mat, bien que je ne connaisse personne qui accepterait de porter un prénom comme Échec ! Passons...

    Tout cela pour vous dire que mes deux zèbres, qui vivent aux usa depuis fort longtemps, n'avaient pas donnés de nouvelles depuis... depuis un certain temps. Les voilà qui s'agitent à présent. Ils envisagent de revenir dans cette vieille Europe et fantasment sur les pays nordiques. Quand on connaît la sensibilité au froid de Tom, j'ai un doute sérieux. Mais on peut toujours rêver. Mat résiste aussi bien à -20°C qu'à +40°C (ses vadrouilles sur Terre en témoignent).

    Pourquoi je vous raconte tout ça ? Parce qu'ils me demandent ce que j'en pense, ce que moi je ferais. Cela veut dire qu'il ne sont encore pas d'accord sur ce sujet. Vous savez qu'ils ont la détestable habitude de me coller arbitre. Et que je me refuse à donner un avis dans ces cas là. Mais ils insistent.

    Après une concentration extrême puis des fumigations sibyllesques, aucune paroles sibyllines n'est sortie de ma bouche... Seul un long soupir de quasi découragement. Tom et Mat trouverons bien une solution.


    votre commentaire
  • (oui je sais, cette image est déjà sur ce blog)

    C'est incroyable ce que le temps passe vite. Un 28 mai 2006, à 1 h07 du matin, je laissais mon premier article sur une plate-forme, Over-blog en l’occurrence.

    Sept ans après je partais pour Eklablog. Que je risque de quitter, car ils affichent de la pub (plus crade comme affichage, tu meurs).

    Mais ne gâchons pas notre plaisir. Dix ans de blog c'est aussi 10 ans de vie dans le réel et pas que dans le virtuel. Et j'en ai suivi des blogueurs ! Plus ou moins longtemps mais toujours avec passion ou tendresse. Je ne vous dresserez pas la liste de mes préférés de peur de froisser les autres.


    votre commentaire
  • Julieta, Pedro Almodovar

    Julieta s’apprête à quitter Madrid définitivement lorsqu’une rencontre fortuite avec Bea, l’amie d’enfance de sa fille Antía la pousse à changer ses projets. Bea lui apprend qu’elle a croisé Antía une semaine plus tôt. Julieta se met alors à nourrir l’espoir de retrouvailles avec sa fille qu’elle n’a pas vu depuis des années. Elle décide de lui écrire tout ce qu’elle a gardé secret depuis toujours.
    "Julieta" parle du destin, de la culpabilité, de la lutte d’une mère pour survivre à l’incertitude, et de ce mystère insondable qui nous pousse à abandonner les êtres que nous aimons en les effaçant de notre vie comme s’ils n’avaient jamais existé.

    Réalisé par Pedro Almodovar avec Emma Suárez, Adriana Ugarte, Daniel Grao (in allociné)


    votre commentaire
  • Expo au Grand-Palais

    expo AmadeoAmadeo de Souza-Cardoso est un artiste aux multiples facettes dont l’oeuvre se situe à la croisée de tous les courants artistiques du XXe siècle. Au-delà des influences impressionnistes, fauves, cubistes et futuristes, il refuse les étiquettes et imagine un art qui lui est propre, entre tradition et modernité, entre le Portugal et Paris. Deux-cent cinquante oeuvres d’Amadeo et de ses amis proches, Modigliani, Brancusi ou encore le couple Delaunay, sont rassemblées dans cette exposition, qui est la première grande rétrospective consacrée à l’artiste portugais depuis 1958.

    (in http://www.grandpalais.fr/)


    votre commentaire
  • Mon réfrigérateur est prêt pour le week-end. Je crois qu'il ne manque rien !

    pour le week-end...


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires