• Viaduc

    C’est par ces termes que nous nommons un long week-end de quatre jours ! Et pendant un long w-e vous vous dites qu’on aura le temps de faire plein de choses. Vous plaisantez ! Il vous tombe une paresse infinie sur le dos. Donc vous sautez d’un livre à votre télé, de l’aspirateur à quelques rangements.

    Ah, un peu de soleil : je sors et m'installe dans le square en bas de chez moi. Je suis assis sur un banc un bois vert, écaillé et taché par endroits de fiente sèche de pigeon. J’ai avec moi un livre de Paul Burston*. Je ne lis pas en continu. Les voix et le va-et-vient du square détournent mon attention. Deux mecs discutent en marchant. Ils ont l’air très complice mais pas au point d’imaginer entre eux autre chose qu’une solide amitié. Et pourtant ils sont assortis. Un ballon multicolore déboule dans mes jambes, suivi par un gamin tout blond aux yeux rieurs et à la bouille enjoué. La mère qui suit ventre à terre vient me bafouiller dans un sourire ‘pub dentifrice’ les trois mots d’excuse habituels. Je réponds d’un grand sourire compréhensif et je tourne la page de mon bouquin.

    Il se fraya un chemin jusqu’à l’urinoir, déboutonna sa braguette et commença à pisser. Son soulagement était si grand qu’il posa le front contre le mur et poussa un long soupir de satisfaction. Une main lui frôla le dos et se glissa dans son pantalon. D’instinct, il voulut s’écarter, mais le nez collé à la paroi et les deux mecs qui l’encadraient rendaient tout mouvement impossible. Du coin de l’œil, il vit que les deux types avaient la queue à la main et ne semblaient pas du tout disposés à pisser.

    Ma lecture est parfaitement décalée avec l’endroit où je me trouve. Si je lève le nez, je suis dans la verdure d’un square animé par des gens de tous âges et toutes natures. Si je replonge dans mon livre, c’est la nuit, au fond d’une boite homo, coincé avec trente mecs dans les chiottes du fond, un rien sordide. Et je me dis qui si ces gens savaient ce que je lis, ils prendraient un air désapprobateur, m’enverraient les mots bien sentis, évoqueraient la morale et que sais-je encore.

    Il se reboutonna précipitamment, passa une main dans son dos pour ôter celle qui lui massait consciencieusement les fesses. Sauf que ce ne fut pas sur un bras que ses doigts se refermèrent mais sur une bite. Une très grosse bite. Très grosse et très dure. Malgré lui, il se mit à bander et se retourna pour voir son séducteur. Il avait une très belle gueule....

    Je lève les yeux de mon livre et j’observe le square. J’imagine pour ces gens qui se promènent et bavardent, leurs vies, les turpitudes, leurs fantasmes, les choses enfouies, leurs sentiments, etc. La lumière baisse tout doucement. Je suis près de la sortie et je ne bouge pas encore de mon banc. Les gens sortent et me saluent de la tête, civilement et courtoisement. Car si je suis là, c’est que j’habite le quartier et que je suis donc un voisin. La mère et le petit garçon au ballon sortent à leur tour et m’adressent un bonsoir plus affirmé. Le square si animé se vide. Je me lève à mon tour, quand surgissent les deux mecs vus à mon arrivée. Ils discutent toujours à ce moment pour savoir s’ils dîneront indien, japonais ou français. Je suis le dernier à sortir. Je rentre chez moi pour finir ma lecture.

    Dans un grand moment de lassitude et de lâcheté je n’écouterai pas les infos. Les affaires du monde me font tellement bondir d’indignation que je vais lire mon bouquin, me vautrer dedans et imaginer qu’à l’extérieur, mieux que le square, nous vivons dans le meilleur des mondes !

    Bonne petite semaine à tous, pour ceux qui travaillent ...

    (*Sexe, amour et amitié, Paul Burston, 10x18, p118)

    mis en ligne 23:48


  • Commentaires

    1
    Vendredi 18 Août 2006 à 08:43
    Il a pas l'air mal ce livre !! hum !! je vais essayer de le trouver !!  c'est un peu la journée du jour, je crois aspirateur, rangements et le bouquin que je dois aller chercher peut etre dans le marais, histoire de vagabonder un peu !! mdr
    pas ma l ce blog j'y reviendrais !! bye et bonne journée a toi
    2
    Pouxi
    Dimanche 10 Novembre 2013 à 01:57
    Merci de ton passage ... A bientôt.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :