• du bruit

    et de la fureur. La rue est pleine de fureur, de cris rauques et animal. Il fait encore plus chaud et quelques klaxons ont poussés leurs clameurs. Des voix dans l'escalier s'entremêlent en cacophonie. Personne n'écoute l'autre. Les pas dégringolent les étages, les voix s'estompent, le silence reprend possession des lieux. La rue est de nouveau calme. J'ai ouvert à nouveau la fenêtre. On sonne à ma porte. Je regarde ma montre : il est minuit trente. On sonne à nouveau. J'ouvre la porte. Mon voisin est là, légèrement penaud, un demi-sourire d'excuse aux lèvres. Ses yeux verts brillent. Ses cheveux noirs sont en bataille. Il ouvre les bras en signe d'impuissance. Pendant qu'il disait au revoir à ses invités jusque dans l'escalier, la porte de son appart s'est refermée sur lui. Pieds-nus, pantacourt et T-shirt : c'est son look ce soir. Bien sûr, je peux lui passer mon téléphone. Mais oui, il peut téléphoner à un serrurier. Naturellement, il peut attendre chez moi en attendant. Veux t-il boire quelque chose ? Il me remercie. Il n'a pas soif. Il veut savoir si j'ai regardé la télé. Non, je n’ai pas regardé. Il s’attend à ce que je lui dise que ce qui a été important pour lui ce soir avec un ballon, ne m’a pas intéressé. Le téléphone sonne. Le serrurier annonce sa venue. Mon voisin de lève. Il dit qu’il est désolé de m’avoir dérangé. Mais non, il ne m’a pas du tout dérangé. Il peut revenir quand il veut. Notre conversation se termine sur le palier. Le serrurier et arrivé. Mon voisin me dit au revoir d’un petit signe de la main. Je referme doucement la porte de mon logis. Il fait chaud. Je m’assoupi … Mon voisin est revenu, il a changé pour une tenue en couleurs vives ; il veut bien boire une eau pétillante ; il veut qu’on fasse connaissance, que l’on discute un peu ; ses yeux m’hypnotisent complètement ; ses lèvres remuent et je n’entends aucun son ; je ne sais pas ce qu’il dit mais son expression et ses gestes sont si doux que j’imagine qu’il me dit des mots tendres. Un bruit de chute sur le parquet : la télécommande de la tv git au sol en trois morceaux. Je regarde autour de moi. Il n’y a personne. Et mon voisin ? Simplement un rêve. Mais alors tout n’était qu’un rêve ? Je me lève, j’ouvre la porte de mon appart, je tends l’oreille, je regarde la porte de mon voisin. Elle porte une petite trace : l’intervention du serrurier. Ouf, je n’ai pas totalement rêvé.

    Maintenant je vais me coucher et peut-être que mon rêve …

     

    mis en ligne : à pas d'heure !

     


  • Commentaires

    1
    Jeudi 6 Juillet 2006 à 23:06
    zorn
    Ce voisin fut comme une douce apparition...


    Si tu veux faire plus ample connaissance, il y a encore un match dimanche je crois!

    2
    Vendredi 7 Juillet 2006 à 00:31
    Piel
    Peut-être est ce lui qui a les clefs de ton coeur??!!!  Je te le souhaite mon gars! ;) Voisin en plus , pratique!     
    3
    Vendredi 7 Juillet 2006 à 01:01
    pouxi
    @ à mes lecteurs  :  je vous tiendrai au courant de la suite des événements ... 
    4
    Vendredi 7 Juillet 2006 à 17:16
    Victor Lamb
    Ca va encore se terminer pau un doigt dans une serrure... :)
    5
    Vendredi 7 Juillet 2006 à 18:20
    lautremoi
    Ouuhhh, je mets pas mon doigt n'importe où !  :))
    6
    Vendredi 7 Juillet 2006 à 21:03
    Morts ou vifs

    Le voisin-amant c\\\'est à double tranchant : quand tout va bien c\\\'est génial ; si le brouille s\\\'en mêle c\\\'est l\\\'enfer.


    Mais si vous êtes propriétaire tous les deux, c\\\'est peut-être l\\\'occasion d\\\'agrandir votre espace de vie en créant une ouverture (si j\\\'ose dire).

    7
    Vendredi 7 Juillet 2006 à 21:34
    lautremoi

    C'est sympa les garçons d'imaginer ma vie ! Mais nous n'y sommes pas encore. Je sais qu'il n'est que locataire ... mais ça n'empêche pas de chercher une ouverture !!!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :