• Volupté lactée

    Nicolas était de nouveau à la boite pendant une quinzaine de jours avant de repartir. Nous avons pris l’habitude de nous donner rendez-vous pour un café au distributeur. Mais vers 15h, le café ne passait plus. Après une saine hésitation je choisis le « lait ».

    Je prends le gobelet. Une mousse légère quasi-aérienne flotte sur la surface du lait. J’approche les lèvres avec précaution, tant pas crainte de défaire cette construction que par la crainte d’une chaleur trop forte.

    Et, là, une tiédeur se pose sur mes lèvres. Un voile de mousse les enveloppe, je ferme les yeux, hummmm, une sensation de velours si doux m’électrise si bien qu’un frisson me parcours de la tête au pied. Je lève les yeux et regarde Nicolas qui m’observe en se demandant ce qui m’arrive. « Mais c’est de la pure volupté, une sensation érotique extrême... » lui dis-je le ton enjoué et la voix suave et je replonge dans la mousse, « mais c’est divin, si tu savais... », mes lèvres se délectent encore de cette mousse si légère qui passe en bouche telle une onde de plaisir...

    Je regarde Nicolas et nous éclatons de rire !

    Le même scénario a duré deux semaines. Et chaque fois je me pâmais en absorbant cette érotique mousse de lait tiède si douce.

    Nicolas se marrait en supportant mon cirque quotidien. Il est indulgent pour mes délires... Merci Nicolas et à bientôt...

    mis en ligne : 01:32


  • Commentaires

    1
    Vendredi 17 Août 2007 à 15:51
    Eric
    aaaahhhh les produits laitiers...des sensations pas si pures...lol
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :