• loupé, raté, ...

    Pique-nique : c'était aujourd'hui. Enfin ça devait être aujourd'hui. On ne peut vraiment pas compter sur les mecs ! Pourtant le temps se prêtait parfaitement à ce moment de convivialité avec des personnes qu'on apprécie et qui sont dotées de la parole, d'un sens aiguisé de l'ironie et d'une dose convenable d'humour. Et surtout, ils sont tous partant pour faire autre chose que de déjeuner bêtement au self !

     Eh bien figurez-vous que ces chéris ont des états d'âme, des dérangements du sommeil, des baisses de tension, des petites formes de fin de matinée. En bref, ce joyeux pique-nique espéré s'est transformé en un déjeuner au self, avec les mêmes, of course, de bonne humeur mais dans une ambiance d'une "platitude de punaise supersonique" (c'est du Dali). Du coup, c'est moi qui étais de méchante humeur, surtout quand l'un de la bande a lancé "on remet ça à mercredi, non ? ". Je l'aurais tué ! Il était un volcan hier et une loque ce matin.

     J'ai l'impression que ce pique-nique va devenir une arlésienne, un truc virtuel, qu'on évoquera, quand on n’est pas en forme, pour se remonter le moral. Un concept de remise en état, une espérance lointaine (qui a dit : l'espoir fait vivre et l'attente fait mourir.", car je ne sais plus), une croyance en on ne sait quoi, un mythe, une légende, que sais-je encore !!!

     "La légende du pique-nique au bord du lac". C'est superbe, non ? Je vois cela comme une saga grandiose, racontée de bureau en bureau, avec des détails à l'infini et tout et tout. 

     Je vous tiendrai au courant pour mercredi, et dire qu'il y a des bogosses qui n'ont que le periph' à proximité de leur boulot ! Ah ceux là, j'en connais au moins un (nic...), ne seraient pas fâchés de venir au bord du lac !!!

     Et l'après-midi, pour me défouler, j'ai voulu regarder d'où venait le mot "pique-nique". Ne rêvez pas, voici, pour vous enlever toute illusion, ce qu'en dit le site :  

    http://atilf.atilf.fr/dendien/scripts/fast.exe?mot=pique-nique (lié à l'Académie Française) :
    PIQUE-NIQUE, subst. masc.
    A. Vieilli. Repas pour lequel chacun paie sa part ou apporte son plat. Faire un repas à pique-nique. Éverard venait me chercher à six heures pour dîner dans un petit restaurant tranquille avec nos habitués, en pique-nique (SAND, Hist. vie, t.4, 1855, p.335).
    B. Usuel. Repas champêtre, généralement pris sur l'herbe et en commun. Aires de pique-nique. Il faisait chaud, cet été-là, et les plaisirs champêtres étaient à la mode (...) souvent (...) on faisait des pique-niques à Maisons, à Meudon, à Bissy (STENDHAL, Lamiel, 1842, p.194). Quelques jours après mon arrivée, un vaste pique-nique réunit sur les bords de l'Adour toutes les familles bien de la région (BEAUVOIR, Mém. j. fille, 1958, p.277).
    Prononc. et Orth.: [piknik]. Att. ds Ac. dep. 1740. LITTRÉ: ,,on a écrit aussi pic-nic``, juge l'orthographe. pique-nique vicieuse et préconise piquenique ,,et mieux pikenike``; Lar. Lang. fr.: ,,on trouve aussi la graphie d'allure anglaise pick-nick``. Plur. des pique-niques. Prop. CATACH-GOLF. Orth. Lexicogr. Mots comp. 1981, p.252: piquenique, plur. des piqueniques. V. garde-. Étymol. et Hist. 1694 faire un repas à piquenique «faire un repas en payant chacun son écot» (MÉN.); 1718 subst. fém. (LE ROUX, p.408); 1732 subst. masc. picnic (RICH.). Comp. de la forme verbale pique, de piquer* et de nique*. Fréq. abs. littér.: 46.

     A défaut de nourritures terrestres, nous aurons des nourritures intellectuelles. Je vous avais prévenu, le pique-nique dans notre millénaire, c'est que du virtuel !

    Il est déjà l'heure ! Et il est temps d'aller pique-niquer dîner !
    (pouxi fait une fixation, c'est sûr !!!)

    mis en ligne 20:05


  • Commentaires

    1
    Samedi 29 Juillet 2006 à 13:11
    Mais non, mon petit Pouxi... La définition de Piquenique, pour moi, c'est A + B... Je l'ai toujours fait avec des amis dans une bonne ambiance de partage : nourriture et bonheur. (On choisit les amis....LOL) Donc, ce n'est pas virtuel, c'est un vrai bonheur ! En revanche, il ne faut pas se fixer des idées là-dessus. Il faut surprendre tes proches, organiser ça presque au dernier moment, forcer les gens de trouver de quoi à bouffer en 24 heures, voir moins.  Les gens gueulent parce qu'ils n'ont pas beaucoup de temps. Mais quand le piquenique commence, ça sera un bonheur absolu. C'est juste un repas....
    2
    Dimanche 30 Juillet 2006 à 15:32
    BoSauvage
    Virtuel c'est mieux. Les guêpes d'abord, puis le vent et souvent la pluie s'invitent dans les vrais!
    3
    Lundi 31 Juillet 2006 à 16:53
    pouxi
    buz > tu n'as pas tout à fait tort
    BS > j'en ai quelques uns de ce style dans mes souvenirs (c'était l'enfer)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :