• Foutue nuit !

    C'est ce que disait ma grand-mère tous les ans. Je n'ai compris l'allusion que bien plus tard. Pourquoi disait-elle cela, je n'en sais rien. Que regrettait-elle de cette nuit du 4 août 1789 ? L'abolition de tous les privilèges ? Je ne sais pas. Mais plutôt la façon de mettre à bas un édifice qui a conduit aux exactions qu'on connait. Dix ans de guerre civile on suivi. Et le calme est revenu. Et paf, nous sommes partis sur l'Empire. Les français sont insupportables. Savent-ils au moins ce qu'ils veulent ? Et dire que Louis XVI avait décidé de démolir la Bastille !  D'ailleurs qui aurait pu le regretter. En revanche on pourrait regretter la façon dont la France a remis d'autres privilèges au fur et à mesure des Restaurations, des Empires et même de la République. Et ces privilèges actuels sont plus odieux que les autres car il ne s'annoncent pas, ils se voient sous prétexte de la grandeur du pays avec la devise "Liberté, égalité, fraternité". D'ailleurs au début "fraternité" n'était pas dans la devise... A chacun de relire l'histoire comme il l'entend.

    La majorité des historiens considèrent cette "foutue nuit" comme l'acte fondateur de notre république. Et je vous renvoi à vos manuels scolaires ! Voici un (tout) petit résumé (éphéméride site www.france-pittoresque.com)

    Paris, le 4 août 1789
    La nuit du 4 août, le vicomte de Noailles ouvre les enchères en proposant l'égalité devant l'impôt, l'abolition des droits féodaux, la suppression des corvées et des servitudes. Les surenchères commencent. Et chacun, tout en gesticulant et en criant, sacrifie allégrement le bien de son voisin. L'évêque Lubersac propose la suppression du droit exclusif de chasse. - " L'évêque nous ôte la chasse, murmure le duc du Châtelet, Nemrod fameux, je vais lui ôter ses dîmes..." On abolit les colombiers, les garennes, les banalités, les juridictions seigneuriales et le peu qui reste encore du servage. Le duc d'Orléans, le futur Philippe-Égalité, est le premier à se dépouiller. « A ce moment, écrit un témoin, l'Assemblée offre l'aspect d'une troupe de gens ivres placés dans un magasin de meubles précieux, qui cassent et brisent à l'envi tout ce qui se trouve sous leurs mains. » Les privilèges les plus incroyables, les faits les plus grotesques, trouvent l'Assemblée crédule. Un cultivateur breton prétend qu'il existe dans certains cantons « un droit autorisant le seigneur à faire éventrer deux de ses vassaux au retour de la chasse, pour se délasser en mettant ses pieds dans leurs ventres sanglants ». A l'unanimité, la « chancelière » bretonne est supprimée, sans que personne ne mette seulement en doute cette histoire de brigands... A 3 heures du matin, la vieille France s'est effondrée. L'armature même du pays est à terre.

    Heureusement qu'il n'y a plus de privilèges dans notre beau pays et que notre magnifique "Déclaration des Droits de l'homme et du Citoyen" du 26 août 1789 déclare dans un élan patriotique et généreux "Article premier - Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ...."

    Je me sens "Sans-Culotte" et d'humeur frondeuse ! Mais ça c'est pour le folklore.

    Bonne journée à tous !


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :