• J’avais quitté SFR après leur rachat par Numéricable et leurs règles fantaisistes des options facturées puis déduites mais dont la somme n’était jamais nulle. Sur un coup de sang, je suis parti chez Sosh, avec des réductions pour un an, donc un tarif acceptable. Ben oui, l’année se termine et finies les réductions, donc retour chez RED. Et on repart pour un tour. Petits tarifs et pas d’options TV.

    Faut que je rachète un fixe. L’actuel est une récup, le zéro se coince et on entend plus rien.

    J’ai acheté le mobile à part : un « Honor 6A » pour 160€. C’est le low-cost de Huawei. Même si toutes les applis et les fonctions principales sont identiques, je ne me sers de mon mobile que pour téléphoner, envoyer des messages, consulter mes messageries et surfer de temps en temps. Quelques photos et quelques notes, mais pas de quoi surcharger les 6 petits Go de mémoire. Au pire je mets une carte SD en plus.

    Pas de musique ? Pas de vidéo ? Pas de réseaux sociaux ? Pas de cloud ? Non !

    Je suis paranoïaque et asocial !
    Rassurez-vous, je plaisante.

    Pour l’instant, tout roule, malgré ma commande faite le 23 décembre. J’ai reçu ma carte nano-sim aujourd’hui et le technicien vient lundi à partir de 8h. Pas de grasse matinée. Je sens que je vais être en miette.


    votre commentaire
  • Portraits et études de nus dans l'art du peintre chinois Lin Jinfu. Peintures avec les beautés classiques de la femme et l'homme de Chine. Il n'est pas commun de voir des peintures de nu masculin. La plupart des artistes préfèrent peindre la figure féminine, mais dans ce domaine Lin Jinfu peint les femmes et les hommes de la même manière. De dos, de profil, assis de plusieurs façons, les peintures à l'huile avec des nus artistiques masculins et féminins sont réalisées avec beaucoup de soin et de détail.
    (adapté de https://paisajesybodegonesaloleo.blogspot.de/)

    La beauté classique du nu masculin chinois. Il s'était tenu en 2013 à Stockolm l'exposition "Secret Love", un vaste panorama de l'art homo-érotique actuel chinois. Ce thème, tabou il n'y a pas si longtemps, tend à prendre de l'importance en Chine et aborde aussi bien l'identité homosexuelle que le devenir de la conscience LGBT. On y a distingué un nouveau venu : Lin Jinfu.
    (adapté de https://lesplaisirsdhenrxy.blogspot.fr)

     Nu masculin - Lin Jinfu


    2 commentaires
  • Il ne restait qu'une salle dans le quartier, pour Star Wars. La place était à 14€ ! Il va falloir que je trouve un filière de places de ciné meilleure marché.

    Star Wars : les derniers Jedi.

    star wars - dernier jedi


    votre commentaire
  • Mon vaisseau s'est posé avec une heure de retard ! Je déteste AF. Il faut dire que quand vous êtes sur le vol du soir, vous cumulez les petits retards de toutes les rotations précédentes. Un peu comme chez le médecin qui cumule ses micro retards. Sauf que le prix n'est pas le même.

    Un dernier sms pour Lady S. pour lui dire que notre séance de cinéma vendredi prochain était maintenue.

    À 22h, vous n'avez pas envie de défaire votre valise. Soirée courte et longue nuit.


    votre commentaire
  • Pluie intermittente. Nuit vers 17h. Pas une lumière, à part celle d'un réverbère anémique en lumière jaune. Température moyenne 8-10°C.
    En bref, l'hiver. La journée a vu passer deux voitures. Des habitués. Un qui part vers 13h et revient à 16h. Un autre qui passe en sens inverse vers 14h et qui ne revient pas !
    C’est passionnant. Et quelle ambiance !

    Je ne reste jamais aussi longtemps dans ma campagne. Donc je rentre à Paris dans 4 jours, c’est dit ! Conséquence : je m’agite comme un ludion.

    Et puis j’avoue qu’il n’est pas question que je loupe le dernier Star Wars. On a les faiblesses qu’on peut.

    À bientôt…


    votre commentaire
  • On peut aimer un chanteur, sa musique et ses chansons, sans pour autant être un fan. Nous lui avons rendu un hommage national et au risque d’en froisser quelques-uns, tout cela me laisse froid. Je n'ai jamais été séduit par lui.

    Mais il me reste quelques airs entendus çà et là...

    Good Bye Johnny !


    1 commentaire
  • Jean d’Ormesson est mort. L’Immortel a pris son éternité sous le bras et s’est sauvé. Il nous laisse sa vie en pâture, ses écrits et un fauteuil.

    Laissons les hommages envahir notre espace et préparons-nous à voir surgir les biographies, les interviews, et les bons mots du géant qu’il était.

    Il me restera la Pléiade.

    Merci Jean pour ton humanité.


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Ciel gris clair, uniforme. Pluie fine pendant 36 heures sans interruption et sans vent. 15° C.

    Pourquoi je vous raconte cela ? Parce qu’ici, je suis encore dans ma campagne au sud et que mes voisins se préoccupent tous les jours de la météo. Je pensais qu’ils n’avaient rien à faire et s’occuper du temps valait tout autant que de peigner la girafe. Grave erreur d’un citadin. Ce n’est pas pour rien. Il y trois jours, mon voisin me dit « tu devrais brûler tes herbes... ». J’ai pas brûlé l’herbe coupée ni le bois mort. J’ai compris. Maintenant que tout est mouillé, je suis comme un imbécile. Mon voisin, lui, a brûlé ses herbes 2 jours avant la pluie et a pris la précaution de faire son ravitaillement en ville. Du coup il n’est pas obligé de se faire rincer pour bouffer.

    À Paris, je pars comme une fusée sous un pluie battante au Monop d’à coté (3 mn à pied), je fais mes courses et je fais livrer. Cool.

    Ici, 12 km pour Casino, le parking en plein air et tu ranges tout ton caddie dans ta voiture. Ranger est un bien grand mot. Tu jettes tout dans le coffre et tu repars.

    Dès que la pluie cesse, je file faire des courses.


    votre commentaire
  • Il n’est pas dans mes habitudes de faire des nécros. Mais dans ce cas, je ferais une exception. De 2001 à 2004 – c’est si loin déjà – nous avons tourné entre amis des vidéos. Ce n’était que de très très courts-métrages, improvisés. Sauf pour deux « films » (de 13 minutes environ) où une trame existante a permis de jouer dans le thème. En 2017, G, un de nos compagnons de jeu a été emporté par une crise cardiaque. Grand sportif et grand bourlingueur devant l’éternel, il a fait son dernier voyage loin de nous et n’en est pas revenu. Dernièrement, je suis retombé sur ces vidéos – témoignage des temps heureux – et j’ai réalisé qu’il avait rejoint la boite des souvenirs.

    Chapeau l’artiste et soit heureux où que tu sois !

    L’un des petits films s’intitulait « Tango ».

    Forever Tango. A Evaristo Carriego, Carlos Gavito & Marcela Duran.


    votre commentaire