• Lady S. a décidé de partir pour Johannesburg (une escapade d'une semaine).
    C'est onze heures de vol et je me suis souvenu des sites qui suivent en temps réel le vol des avions. C'est un vol de nuit et je suis resté perplexe devant la densité des vols la nuit et tout la logistique associée. C'est l'encombrement absolu (en apparence seulement).

    https://www.flightradar24.com/   ou   https://fr.flightaware.com/live/

    A part ça il est 5h00 du mat, j'ai toujours ma crève et je dors par tranche de deux heures maxi.


    votre commentaire
  • J'ai enfin transférer 90% de mes fichiers sur le nouveau PC. Mais j'ai du trier ce que je conservais sur les 800 Go ! C'est fou le nombre truc qu'on conserve.
    Au fond c'est à l'image de ma cave. Là aussi il faut que je jette. J'ai commencé et ce ne sera pas fini pour la fin de l'année.

    Entre deux tris, j'ai chopé la crève, histoire d'avoir le cerveau tout fait en vrac par moments. Mais on avance, à petits pas, mais on avance encore.


    votre commentaire
  • pc

     

    C'est fait ! un petit PC (40x40x20) avec un écran.

    Maintenant, au boulot : installer un linux (à la place de win10), installer les logiciels et outils, etc.


    votre commentaire
  • Ces titres évoquent-ils quelque chose :

    - À vau-l’eau, (nouvelle, 1882).
    - À rebours (roman, 1884).
    - En rade (roman, 1887).

    D'accord, ce sont des œuvres de Huysmans. Vous allez dire que jouer les intellos, pédants de surcroit pour décrire l'ambiance de ces derniers jours est franchement lamentable. Je n'y peux rien et je m'en fous. J'aurais pu ajouter une œuvre du peintre Soulages, mais cela eut été trop sombre...

    Je n'ai gardé que ces titres de romans, dont l'ambiance est à vous flanquer le cafard et le moral très bas, pour simplement vous annoncer sans humilité que mon PC est mort !

    Me voilà depuis trois jours à errer sur les sites adéquats pour trouver un PC pas trop cher avec son écran. J'ai trouvé et je vous donnerai une information plus complète quand les colis seront chez moi.

    A bientôt...


    votre commentaire
  • Mais qu’est-ce que je foutais vers 1980 ? J'ai failli manquer Warhol et j'ai loupé Basquiat. Je devais être amoureux au point de ne plus regarder autour de moi.


    votre commentaire
  • Prince Finverra


    votre commentaire
  • Illkirch-Graffenstaden, Alsace, France.

    Si cela ne vous dit rien, sachez que c'est une commune de 27000 habitants située dans la région Grand Est, département du Bas-Rhin, arrondissement de Strasbourg, Canton d'Illkirch-Graffenstaden (chef-lieu) et intercommunalité Eurométropole de Strasbourg !

    Ce lieu est aussi la localisation détectée par certains trackers web ! Merci à mon FAI (red) qui m'a installé en Alsace. Cela ne me pose aucun problème, mis à part quand un site marchand comme Leroy-Merlin personnalise ma consultation à mon insu. Il me "voit" en Alsace et me propose les promos et les produits disponibles du magasin de Strasbourg !

    Je me suis fait avoir une fois. Je me suis propulsé dans Paris, au magasin de la Madeleine... La colle que je cherchais était en rupture de stock. J'ai passé un moment sympa avec le vendeur, qui lui était originaire d'Alsace et habitait la petite couronne parisienne.

    Peut-être que demain, on me "verra" dans autre lieu.


    votre commentaire
  • J'ai failli écrire en titre "diner en vrille" ! Pourquoi ce lapsus ? Ce fut une excellente soirée chez une de mes cousines germaines. Repas simple et délicieux. De toute façon, je ne courre plus après les plats compliqués où plusieurs saveurs apparaissent. Mes papilles gustatives sont moins sensibles aux trop subtiles saveurs.

    Un Saint-Emilion de 1967, encore de très bonne tenue, mais qui aux dires d'un connaisseur attablé avec nous lui a fait dire : "Il était temps, il commence à se madériser". J'ai acquiescé par une moue entendue, mais ce vin qui devenait un début de madère ne m'a pas transporté outre mesure.

    Après des généralités sur le monde, les impôts (vaste sujet), les enfants et petits-enfants des uns et des autres, les derniers travaux dans les maisons, sont arrivés les événements familiaux particuliers. En principe des sujets où vous devez parfois marcher sur des oeufs et prendre des pincettes pour manier l'information si subjective et directe. Rien de tout cela. Donc pas de tension. Seulement des propos simples et sans épines. C'est agréable de ne pas avoir à gérer des mini tensions, de pas avoir à choisir avec beaucoup de précaution un mot plutôt qu'un autre, et surtout de ne pas prendre en pleine face une réponse vitriolée.

    Je fut agréablement surpris de n'avoir pas entendu de propos blessant, de jugement acides ou à l'emporte-pièce, de mauvaise foi flagrante. Il y eu aussi des quiproquos, des rires, voire des fous-rires. Au fil des années, il me semble que cette tablée - nous étions sept - avait apprit la tolérance, l'écoute des autres et presque la sagesse pour certains qui dans leur prime jeunesse étaient des excités du verbe et du raisonnement.

    Est-ce le fait de prendre quelques années de plus, d'avoir vu et vécu un peu plus de choses, de savoir prendre du recul plus vite ? Possible.

    Ce fut une excellente soirée ! Là, je me répète.


    votre commentaire
  • Concept intéressant.

    Antonio Bueno (1918-1984), The Painter and the Model, 1952

    Antonio Bueno (1918-1984), The Painter and the Model, 1952
    Oil on canvas, 80.6 x 79.5 cm


    votre commentaire
  • Je ne tiens pas une grande forme mentale en ce moment...

    Film « Le Parrain » de Francis Ford Coppola, musique de Nino Rota (1972)


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires