• "pourquoi ...

    tu n'évoques jamais les événements de la société comme la politique ? "

    C'est en ces termes qu'un proche m'a posé cette question. A y réfléchir, il est vrai que je parle de moi, de mon cercle immédiat de connaissances, de ma vie et il est rare que j'aille plus loin.

    Et pourtant la politique comme l'économie sont non seulement des sujets que je n'ignorent pas, mais tout au contraire qui m'ont passionnés pendant longtemps, tout autant également que la science ou l'histoire de la pensée.

    Aujourd'hui, tous ces grands sujets et quelques autres n'accrochent plus mon esprit que de manière occasionnelle. Sur des sujets plus spécifiques. En des périodes courtes. Je suis moins glouton. Je n'en comprends pas moins ni mieux le monde qui nous entoure, mais j'ai un problème de posture : doit-on être sérieux ? prendre les sujets avec légèreté ou avec cynisme, s'en foutre royalement ou intervenir dans le débat ? Je continue à avoir des emportements et de saines colères intellectuelles, mais je suis plus distancié avec le monde. Mon imaginaire continue à me soutenir dans mes nombreuses réflexions, sans pour autant oublier les réalités.

    Donc, je n'ai aucun avis sur ce nouveau gouvernement. Et surtout je ne donnerai aucun avis ici. Ni le lieu, ni le moment, ni le temps. Car c'est fou le nombre d'avis, avec des mélanges de genres, que tout un chacun exprime ici et là sur le net. Et puis je finirai par une pirouette : avec cinq personnes vous risquez d'avoir six avis différents. Ainsi vont nos contemporains.

    mise en ligne 02:35
    .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :