• Pas terrible aujourd'hui

    Dernier épisode de lumbago : il est parti et je me déplace plus vite qu'une punaise supersonique !

    Je me demande si j'aurais pas du aller au bureau aujourd'hui. Je suis en RTT quasi forcé (si tu prends pas ton jour, il est perdu au bout de deux mois  !) et j'ai le moral dans les chausettes; Je vais pas bien dans ma tête.
    J'ai trainé à la librairie "le Divan". Je me suis laissé aller : deux livres de peintures, un sur Hopper, l'autre sur Matisse. Je bouquinerai tout ça plus tard dans la soirée.

    Pour le moment je rassemble des notes qui trainent un peu partout. Elles concernent des idées d'écriture ou de peinture. Je me demande si je vais pas les mettre toutes dans un carton et les oublier ou bien si, sans état d'âme, je ne les jette pas purement et simplement dans la poubelle. Et tout d'un coup ces notes redeviennent précieuses. L'idée qu'elles soient souillées par mes épluchures de légumes et de fruits ne me convient pas du tout. Au fond, je ne sais pas ce que je veux.

    Et le garçon aperçu la semaine dernière et avec qui j'ai échangé de longs regards en faisant mes courses : plus revu ! A présent, je me dis que j'ai du me faire un cinéma... Et puis entre les rayons, ton panier déjà bien rempli, tu te vois en train de proposer un plan direct, on laisse tout sur place et "on va chez toi ou chez moi ?" Je crois que je sais pas faire. J'ai besoin de parler un peu, de rire, d'avoir une expression complice...

    Le temps chaud qui arrive réveille en moi des désirs. De toutes sortes, aussi bien charnels qu'intellectuels. D'ailleurs le phantasme alimente le corporel et inversement. Que serait le sexe sans notre cerveau ? Beaucoup moins qu'on ne pense. Mais tout cela sont des banalités maintes fois énoncées.

     

    Et maintenant, je ne peux résister à vous montrer une sculpture sensuelle (recto, verso) d'un ami très cher ! C'est pas un peu orienté, non  ? Je le crains après ce que je viens d'écrire, mais bon, c'est un jour comme ça !

    Bon week-end à tous !

     

     

     

    mis en ligne : 19:11

     


  • Commentaires

    1
    AL1
    Samedi 10 Juin 2006 à 07:37
    AL1
    J'avoue que les regards (fuyants ? insistants ?) échangés dans les rayons des magasins ou pendant l'attente aux caisses ont quelque chose de... Je n'aurai jamais le courage d'abandonner mon caddie là sur place. Bon week-end à toi !
    2
    Samedi 10 Juin 2006 à 12:19
    BoSauvage
    Pourtant au cinéma ça se passe comme ça !!!

    PS: J'aime bien Hoper.
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :