• mec & puzzle

    Peut-on tomber amoureux d’un être du monde numérique ? Je ne parle pas ici d’un tchateur avec qui s’établit un dialogue au fil des rencontres de clavier. Non, je veux parler d’un être qui blogue. Un être qui raconte parfois beaucoup de lui-même, parfois moins. Qui emploie un ton, un style qui vous accroche, qui donne envie de parler avec lui. Dans tous les blogs que nous lisons, nous avons nos préférés. Ceux où nous allons voir si il n’aurait pas laissé un nouveau post, voir si il a répondu à notre commentaire. Bref, une assiduité de lecture et une attention qui lèsent les autres certains jours. Mais en même temps nous ne nous écartons pas trop d’une certaine retenue. Pas de déclaration qui puisse mettre l’objet de vos obscurs désirs en pleine lumière pour les autres. Ecriture discrète, mesurée, allusive, tendre et sous-entendue.

    Et si je m’étais trompé. Que le désir ne soit pas partagé. Aie ! Mais pour le savoir faudrait-il que je m’exprime, franchement, que l’échange ne soit pas que des phrases et des mots. Que voir l’autre (une image de l’autre) donne ce plus de sensualité que les posts avaient éveillé en moi.

    Et puis après l’image, le son. Le son de sa voix. Ces intonations qui charment quelque soit la banalité des mots prononcés.
    J’entends dire « envoie lui un mail, au moins c’est perso et la blogosphère reste ignorante. » Oui, mais j’aimerai qu’il fasse le premier pas (refrain bien connu). « Alors reste dans ton fantasme et arrête de vouloir la lune ! »
    Quand votre pudeur vous empêche de sauter le pas, quoi faire ? Se faire violence ?

    Sentir le bout de ses doigts, rien que ses doigts, puis sa main, rien que sa main, puis la vibration de son corps qui approche, son souffle court, et ses lèvres entr’ouvertes, chaudes et gourmandes... plonger dans ses yeux... sentir sa peau... et la suite qui ne se raconte pas... les mots manquent, vertige, jouir, aimer... passion, sexe, s’oublier dans le désir...

    Heureux quand il est heureux, morose quand il est mal et tout et tout. S’il lui manque quelque chose, j’ai envie de lui donner. S’il formule un voeu, j’ai envie de l’exaucer. Pour son plaisir, c’est aussi mon plaisir. Si ça c’est pas tomber en état amoureux...

    Merde, je suis toujours pas guéri de mes rêves de bonheur et d’amour impossibles.
    Coeur d’artichaut, je rêve de l’autre ... du Prince Charmant ?... impossible, je suis le Prince Charmant. Arffff... .

    Mais j’aime... hé, docteur, c’est grave ou pas ?
    Éclats de rire... .

    Ps. : Faudra quand même que je lui dise un jour ! A qui ?
    Mais à celui qui attend le Prince Charmant !

    mis en ligne 23:10


  • Commentaires

    1
    Lundi 16 Octobre 2006 à 17:59
    Cela se nomme l'osmose ... ben il faut y aller.. lui dire ta pensée ... je crois qu\\\'il ne faut jamais laisser echapper la plus petite lumiere quel quel soit....du coup tu m'as redonne envie au puzzle,, c'est grave docteur !!!
    2
    xav
    Lundi 16 Octobre 2006 à 21:38

    Bonjour,


    Félicitations pour votre site qui est vraiment bien conçu! J'ai créé un annuaire de blogs et si vous souhaitez vous y inscrire voici l'adresse: http://netblog.site.cx  !


    Bonne continuation

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :