• mariage

    C'est vraiment emmerdant d'avoir à mettre un titre pour chaque article. Je me creuse un peu la tête et puis j'écris n'importe quoi ! Ce n'est jamais le reflet très condensé de ce que je raconte, mais je m'en fous. Sauf pour celui là...

    Depuis la dernière fois, mon ménisque est bon pour la casse. Opération programmée je ne sais pas quand, d'autant que je ne préfère pas faire ça à l'approche du mois d'août. Vaut mieux que j'attende que le chirurgien soit reposé.

    Mais en attendant, je suis descendu entre Aix et Marseille pour le mariage de mon cousin. C'est le genre de cérémonie familiale qui me fait de plus en plus suer. J'arrive en général à dire à ma soeur qu'elle me représentera avantageusement et j'esquive la chose. Mais là, pas question. Et me voilà le vendredi soir, dans un train de nuit, à très bas coût, mais assis. J'avais oublié ce détail en réservant (j'ai compris pourquoi c'était pas cher). Une nuit à dormir assis ne vous fait pas le teint rose et l'humeur joviale de lendemain matin aux aurores. Un café à la gare puis arrivée à l'auberge du mariage où je me suis couché et levé trois heures plus tard. L'établissement est perdu en pleine garrigue non loin de la montagne Ste Victoire si chère aux impressionnistes. Plusieurs chambres étaient réservées, dont une pour moi, of course. Dire que cette auberge qui devait être le cadre de cette cérémonie était top serait un mensonge. Elle avait du être très correcte du temps de ses trois étoiles, il y a 15 ans. Mais aujourd'hui avec seulement deux étoiles, elle ne pouvait plus faire illusion. Charme désuet, décor suranné, vieillot daté, limite délabré, sont encore des qualificatifs trop, très doux en comparaison de la réalité. Le Net est quelques fois un piège. Une réputation passée, une jolie photo et une bonne présentation ont fait la déception du présent.

    Quant aux patronnes des lieux (la grand-mère, la mère et la fille), je n'ai jamais vu un tel accueil de leurs parts : insupportable, anti-sourire, anti commercial. Grand-mère et mère s'engueulant comme des chiffonnières devant les clients. Du jamais vu. Ambiance très pimentée. A la limite du rire. Je crois que je me souviendrais de ce lieu.
    La Mairie fut expédiée en 10 minutes et l'Eglise en moins d'une heure. Aucun commentaire. Du classique, du déjà vu. Sur les marches de la mairie, y'avait bien un mec mignon, bronzé et tatoué, look soigné, que je matais discrètement quand sa nana est venue lui coller un baiser baveux possessif.

    La réception du soir réserva des surprises agréables et moins agréables. Si l'apéritif, au bord de la piscine « timbre-poste » à la faïence épuisée, fut correct, les entrées du repas présentées en un grand buffet étaient excellentes et nombreuses. Nous étions une centaine à table tout de même. Et une fois assis pour la suite, le vin rosé se révéla à peine buvable et le vin rouge imbuvable ; tous deux d'un vignoble inconnu, sans année, sans avenir. Le pavé de bœuf était trop cuit et les légumes étaient croquants al dente. Au fond ça fait une moyenne. En revanche les fromages tinrent plus que leurs promesses. Affinés parfaitement, on s'est resservi ! Avec moult pain frais de campagne. Puis vint l'heure si prévisible de la pièce montée et du champagne. Pas un reproche à faire. Le chou délicieux et la crème du chou légère et savoureuse. Croquant et caramel : top. Il y avait aussi une pièce montée pour les enfants faite de toutes ces friandises sucrées mortelles pour la ligne, mais j'ai pas hésité. Le champagne était parfait pour cette pièce montée.
    A 2h du mat je me suis écroulé, laissant les autres de défoncer sur le dance-floor.
    Le lendemain fut plus calme. Je quittais l'auberge vers midi et en musardant j'ai attendu mon train de nuit du dimanche. Rebelote pour une nuit, assis pour dormir. J'étais content de rentrer. Mais j'ai pas tenu le choc, j'ai dormi une grosse partie du lundi. Et j'ai rien foutu. Cassé j'étais.

    L'année prochaine, je ne bouge pas de Paris et je vais au Bal des Pompiers ! Non, mais !

    PS. Entre-temps j'ai appris que les proprios de l'auberge cherchaient à la vendre depuis des mois. Ceci explique peut-être cela...

    mis en ligne 21:29


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :