• manoeuvres en vue

    J'ai enfin réussi à répondre aux deux mails arrivés il y presque un mois ! Ce n'est pas une performance, je sais. Et j'avais à peine cliqué sur ‘envoi', que je recevais un mail de Tom long, bavard et brouillon ! Il me raconte, ou plutôt justifie, sa prise de décision quant au lieu de résidence pour les prochaines années. Il reste aux US et ne garde à Bordeaux qu'un pied-à-terre. Mais je ne lui ai rien demandé ! Parce qu'un jour d'entre les jours, j'avais évoqué son possible retour en France sur des périodes plus longues que 8 jours, il s'est imaginé je ne sais quoi. En plus il vit avec son mec depuis des années. Je ne vois pas ce que je viendrais faire dans son histoire, dans leur histoire. De toute façon je répondrai à son mail dans quelques jours. Mais je n'en mettrai pas une tartine !

    Au boulot nous sommes repartis dans les manoeuvres de dégraissage. Sur moins de 160 personnes nous transférons une des activités dans une autre boite. Et hop, 60 personnes de moins. Puis on va restructurer : refaire un organigramme pyramidal. L'actuel est plutôt en diamant ! Beaucoup de « chefs » en haut et peu de rameurs vers le bas. C'est un peu casse-gueule comme équilibre. L'ambiance est géniale : arrivée à 10h, pique-nique au déjeuner, piscine l'après-midi, et ... je déconne, ça c'est dans une autre vie. Je reprends. L'ambiance est géniale : molle, envie d'être en enfer plutôt qu'au boulot, hypothèse de calcul des indemnités au cas où il y aurait un une autre charrette de 50, projection d'un effectif de rescapés à 50. Certains s'emmerdent et surfent sur internet la moitié de la journée. D'autres redoutent le coup de fil avec un problème à traiter, alors qu'ils n'en n'ont plus rien à foutre. Quelques uns recalculent le meilleur mois pour demander leur retraite et les derniers bossent sur des dossiers merdiques à souhait.
    J'ai connu des hauts et des bas dans mes boulots, mais là, ça atteint des sommets, pardon des abysses.

    Pendant l'heure du déjeuner, avec un collègue, on s'est éclipsé chez Lero* Merli*. J'avais besoin de voir les modèles de cumulus et mon collègue voulait voir sa baignoire hydro-truc-jets-dans-tous-les sens ! Rayon sanitaire un vendeur-choupinou légèrement bronzé, superbe. J'ai pas pu m'empêcher de le suivre des yeux tout en marchant et je me suis payé la pile des pots de peintures de l'allée. Aussi quand j'ai découvert le sublime, je n'exagère pas, vendeur-choupinou vers le rayon bois, je me suis méfié des piles de parquets ! Ils avaient tous les deux un peu le même style, mais les yeux verts du deuxième ont fait toute la différence. Mon collègue avait acheté entretemps 2 trucs et il m'a re-chopé pour passer aux caisses. Rentrée vers 14h et dans la chaleur lourde de l'après-midi, je me suis plongé dans un dossier merdique.

    Puis vers 17h, je me suis sauvé chez moi ...

    mise en ligne 23:45


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :