• les froid incite aux terrines

    La chute des températures est le signe de faire des terrines. Terrine de lapin aux pruneaux, terrine de veau aux câpres, terrine de légumes. Je suis déchaîné en cuisine depuis le début de la semaine. Généralement ça dure deux semaines au maximum. Et après je reprend un rythme basique sans préparation, du genre steak-salade ou poisson-légume.

    Cette séquence hivernale se reproduit tous les ans. A quel bio-rythme suis-je cloué pour éplucher, hacher, cuire, assaisonner, enfourner de la sorte. Quelle vie antérieure ai-je vécu ? Ai-je été cuisinier ou marmiton ? Je ne le saurais jamais. Drôle de karma !

    20:04


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :