• le ciné de Pedro

    amants-passagers1Les Amants passagers

    Des personnages hauts en couleurs pensent vivre leurs dernières heures à bord d’un avion à destination de Mexico.

    Une panne technique (une sorte de négligence justifiée, même si cela semble contradictoire ; mais, après tout, les actes humains le sont) met en danger la vie des personnes qui voyagent sur le vol 2549 de la compagnie Península. Les pilotes s'efforcent de trouver une solution avec le personnel de la tour de contrôle. Le chef de la cabine et les stewards sont des personnages atypiques et baroques, qui, face au danger, tentent d'oublier leur propre désarroi et se donnent corps et âme pour que le voyage soit le plus agréable possible aux passagers, en attendant que la solution au problème soit trouvée. La vie dans les nuages est aussi compliquée que sur terre, pour les mêmes raisons, qui se résument à deux mots : "sexe" et "mort".

    Les passagers de la Classe Affaire sont : un couple de jeunes mariés, issus d'une cité, lessivés par la fête du mariage ; un financier escroc, dénué de scrupules, affligé après avoir été abandonné par sa fille ; un don juan invétéré qui a mauvaise conscience et qui essaie de dire au revoir à l'une de ses maîtresses ; une voyante provinciale ; une reine de la presse du cœur et un Mexicain qui détient un grand secret. Chacun d'eux a un projet de travail ou de fuite à Mexico. Ils ont tous un secret, pas seulement le Mexicain.

    La vulnérabilité face au danger provoque une catharsis générale, aussi bien chez les passagers qu'au sein de l'équipage. Cette catharsis devient le meilleur moyen d’échapper à l’idée de la mort. Sur fond de comédie débridée et morale, tous ces personnages passent le temps en faisant des aveux sensationnels qui les aident à oublier l’angoisse du moment.

    Réalisé par Pedro Almodóvar avec Javier Cámara, Carlos Areces, Raúl Arévalo, Lola Dueñas, Cecilia Roth, Hugo Silva, Antonio de la Torre, José Maria Yazpik, Guillermo Toledo, Blanca Suárez, José Luis Torrijo, Miguel Ángel Silvestre, Laya Martí, Paz Vega, Antonio Banderas, Penélope Cruz, Carmen Machi, Susi Sánchez, Pepa Charro, Nasser Saleh

    Almodovar est pour moi un mystère. Certes ce n'est peut-être pas son meilleur film, mais je suis très attaché à lui. Son regard n'est jamais simple. Que ce soit dans la drame ou la comédie, il regarde au-delà de nos propres visions. Ce film a reçu de la part des téléspectateurs un accueil globalement moyen (il y a quelques inconditionnels 5/5 et quelques déçus à .0,5/5). Et je comprends. Depuis quelques années on attend Almodovar. Et si on en attendait trop ? Etre au top est difficile et le rester est quelquefois impossible. Je mets 3/5 (je déteste mettre des notes à un film). Ce film a peut-être des faiblesses de scénario et de dialogues, mais les décors, les couleurs, la prise de vue et la sonorisation restent d'un grand savoir-faire. Je pense qu'il faut voir ce film. Il fait partie de la trajectoire personnelle de son auteur et aide à mieux comprendre nos propres contradictions (si on en a !).

    03:25


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :