• frustration

    J’ai encore fait un rêve. C’était tellement réel que j’ai pu en garder une trace profonde après mon réveil. Mon cousin – un peu plus jeune que moi – a toujours retenu mon attention. J’ai toujours eu envers lui des sentiments tendres inavoués. Mais cette nuit dans mon rêve, je lui ai avoué ma faiblesse et mon amour. C’était curieux. Le lieu était neutre, une pièce dans les tons blancs et gris pale, sans mobilier apparent alors que je savais que c’était une chambre. Il me racontait ses dernières galères (dans sa vraie vie d’hétéro, d’ex-mari, de papa) et avait attendu ce moment là depuis fort longtemps, que je lui murmure un je t’aime. Maintenant, il savait qu’il allait être heureux. Je ne regardais et ne voyais que son visage rayonnant, ses yeux brillants et un sourire de bonheur.

    J’ai senti que ce rêve était incomplet, que je n’avais pas tout retenu comme d’habitude. Mais je ne me vois pas imaginer les manques.

    De façon parfaitement réveillé, j’ai pensé à lui toute la matinée. Pourquoi sa présence était si forte dans mon esprit ? A quel jeu jouait ma mémoire et mes sentiments pour lui ?

    La frustration est venue plus tard… et là c’est pénible, car depuis le temps que durent mes sentiments pour lui, je ne peux pas y échapper. Je le rencontre au gré de nos réunions familiales, où nous avons toujours beaucoup de plaisir à nous voir et à bavarder. Il sait de façon non formelle que j’ai des sentiments pour lui, mais ne joue jamais avec ça. C’est déjà pas si mal. Au moins je ne suis pas allumé et chauffé à blanc avec tout un discours allusif ou des gestes équivoques. C’est un tendre respectueux de mes envies.


    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :