• ciné

    gatsby1 C'était il y a une semaine. Séance de 12h30. Peu de monde à cette heure. Le parisien fait tout autre chose à ce moment là. Sauf que moi je suis un parisien futé... Voir un film à l'heure du déjeuner vous assure une absence de queue, je veux dire de file d'attente, et une salle pas bondée. Ah oui, quel film ? Pour voir Gatsby ! Bien sûr. (et en 2D, je refuse la 3D)

    Je n'aimais pas DiCaprio outre mesure . D'ailleurs, il y des films de lui que je n'ai jamais vu. Mais depuis Django, je trouve que le bonhomme joue de mieux en mieux et que l'épaisseur qu'il donne à ses personnages est réelle. Il mûrit bien, je trouve. Dans Gatsby, le risque était grand. D'abord les cinéphiles avaient vaguement en tête la version avec Redford et puis le roman d'origine emprunt de toute sa légende et celle de son auteur pouvait être un handicap. Rassurez-vous, il faut oublier le premier film, ne pas relire le roman et se laisser porter par cette histoire de passion mortelle.

    Un superbe moment, d'autant que la fiesta des années 20 me rappelle une mega soirée sur ce thème, il y a quelques années. Elle avait été organisée par un collectionneur et industriel suisse, bourré de fric, qui fêtait ses 60 printemps. Oh ne croyez pas que je me roule dans ce milieu, mais par ricochets successifs et le truchement d'un charmant garçon qui avait occupé un soir mon divan, l'invitation était tombée, naturellement comme allant de soi. Je me suis posé à l'époque la question de savoir si il remerciait ses hôtes toujours de cette façon...

    Donc, si vous allez voir le film, la fête du film et la mienne avait cette ambiance survoltée et folle. Sans la piscine, mais avec autant de champagne, de paillettes et du reste.

    02:11
    .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :