• cher F.

    J'ai discuté le 12 nov. avec lui pendant 1h16 ! Et j'ai cru que ça n'avait duré que 20 mn...

    Aujourd'hui on se rappelle pour nos affaires en famille. Ah, oui, j'avais oublié de préciser que c'est un cousin. On papote efficace, on parle réparation maison, on dit deux ou trois conneries, et je lui dis que pour conserver les choses dans la famille, y'a pas 36 solutions. « Épouse-moi », je lui lance, « Je suis intéressé, car ta dot sera confortable et tout et tout. Nous pourrons nous marier à Las Vegas ».
    On était morts de rire, et il me dit : « ouaip, mais y'en a quelques-uns qui voudraient bien m'épouser aussi ». C’est parfaitement logique.

    Puis dans le sud, nous nous sommes vus plusieurs fois, téléphonés aussi.

    Ce fut toujours agréable, mais je n’ai pas insisté sur notre future possible union, alors que ce n’est qu’une opération purement technique. La mise en œuvre est plus facile que de créer une société ou un truc du genre, et les avantages matériels sont conséquents.
    Ah, vous allez me dire : « et l’amour dans tout ça ? ». Ne mélanger pas tout. Je vous parle finance et fiscalité et vous me jouez la marche nuptiale ! Après, le respect et la tendresse sont compatibles avec cette formule. Mais n’en parlons plus, l’ordre du jour est clos sur le sujet.

    Vous pensez peut-être que je suis cynique et calculateur. Pas du tout. C’est la façon de passer à l’acte qui peut vous rendre cynique. On a dit : sujet clos !

    Cher F., tu as toute ma tendresse, na !

    Et maintenant, je suis de retour à Paris.


    Tags Tags : , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :